Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 07:57

La tap peut être placé à différent endroit sur la ruche. C'est un choix que fait l'apiculteur souvent idéologique ou la plus par du temps, parce qu'on lui a dit que c'était la meilleure solution…

Je ne me suis pas arrêté aux "on dit" et tester plusieurs solutions.

 

TàP de hausse :

Cette trappe se met entre le corps de la ruche et les hausses (comme la grille à reine), l'entrée du bas est bien entendu fermé.

Très gros avantage : le pollen récolte est très propre car les déchets de la ruche ne sont pas rejetés par la TàP et de plus on n'a pas besoin de se baisser pour retirer le tiroir.

Mais les abeilles ont beaucoup de mal à s'adapter à ce changement d'entrée, je retrouvais de grosse grappe d'abeilles sous le plateau en fin de journée… j'ai donc très vite abandonné!

 

TàP espagnol:

Je l'ai baptisé comme ça car je l'ai vu en Espagne. Chez eux, beaucoup de ruche sont équipé d'une 2iéme entrée situé à mi-hauteur sur la face avant du corps:

  ruch esp

 

rch esp troue à pollen

 

Cela leur permet de mettre une TàP devant :

tàp esp

 

tàp esp ouverte

 

tàp esp ss tiroir

 

C'est surement une très bonne solution pour ceux qui transhument beaucoup : les ruches sont souvent posées à même le sol ou au mieux sur des palettes. Donc, le faite de remonter l'entrée leur permet avoir un tiroir à pollen facilement accessible.

Vu que je fais très peu de transhumance, je n'ai pas  essayé ce modèle. Mais bon, c'est une idée.

 

TàP avec partie mobile :

Le plus souvent c'est le peigne ou un ensemble avec le peigne qui est mobile, ceci permet de mettre et retirer la TàP sans effort. Tous ces systèmes sont très bien : à l'atelier!

Après une ou 2 saisons, un peu d'humidité, et peu de sécheresse, un peu de propolis… On finit avec un marteau et un burin et beaucoup d'abeilles mécontentes!

Donc éviter tout bidouillage mobile sur une TàP, sauf le tiroir, mais on ne peut pas faire autrement.

 

TàP de plancher :

Le peigne est dans le plancher, sous la grappe, c'est le système les plus utilisé, ses gros avantages sont :

-        le tiroir se trouve sous la ruche et donc protégé de la pluie et du soleil.

-        L'aspect extérieur de la ruche ne change pas : les abeilles ne sont pas perdues au branchement de la trappe.  

-        vu que le peigne est très près du couvain, cela encourage les butineuses à rentrer et donc augmente le rendement…

 

Par contre, elle a de très gros inconvénients :

-        pour la mettre, la retirer, la nettoyer… il faut soulever toute la ruche à chaque fois et à la centième, cela devient vite pénible!

-        Vu la position du tiroir, très basse, ce n'est pas très évidant de faire les récoltes.

-        Ce sont des tàp généralement, très grosse et lourde, qui demandent beaucoup de menuiserie pour les faire.

Bref, après quelques essais, je n'ai pas été convaincu!

 

TàP de devant :

C'est une sorte de petite véranda que l'on met à l'entrée de la ruche.

Pour faire simple, c'est tout l'opposé de la trappe de plancher : légère, facile à mettre, nettoyer et retirer. De plus elle demande peu d'investissement pour la fabriquer.

Par contre, vu sa position, elle modifie l'aspect extérieur et donc désoriente un peu les abeilles au début, son peigne est assez loin de la grappe, et le tiroir n'est pas protégé par la ruche.

C'est donc une tàp plus pratique pour l'apiculteur que pour les abeilles…

Je me suis donc orienté vers ce type de trappes en essayant de minimiser ses inconvénients :

-        supprimer la planche d'envol, et donc j'ai pu rapprocher le peigne de la grappe et aussi diminuer la taille de la trappe.

-        Organiser les emplacements des ruchers, placer les ruches dans les ruchers et faire des portoirs de ruche de façon à faciliter un ramassage rapide du pollen. Ce qui nous permet maintenant, de ramasser environ 400 trappes en 2h qui est un réel avantage par temps humide.

  pose hausse avril10 001

                                      Pose des 1ere hausse dans un rucher en production de polllen.

 

 

 Ps: il était prévu au début de remettre des planche de vol  amovible après la récolte du pollen, un peu comme mes confères Mr Guth ou Mr Zimmer, mais après plusieurs année d'observation, je n'ai pas constaté de forte gène, je l'ai donc supprimé totalement.

   

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ApiD - dans Pollen
commenter cet article

commentaires

Nathalie 24/04/2014 20:11


Bonsoir,


Tres bien détaillées vos pages, ca fait plaisir, enfaite j aurai une question à vous posé, nous venons d équiper nous ruches de trappes a pollens fixée par la face avant de la ruche, et nous
rencontrons le problème de grosse grappes d abeilles sous le plancher, de quoi cela provient il? Et comment y remedier? Pensez vous aussi que les bourdons, comme la reine, arrivent à sortir par
les especes de trou sur les cotés avec un morceau de tuyau en plastiques. Et est ce que l on remarque un blocage de ponte sur les ruches equipées de trappes? Merci pour votre site.
bonne soirée Nath

ApiD 26/04/2014 08:51



Bonjour,


Pas évidant de vous répondre sans voir les tàp.


Mais des paquets d’abeilles peuvent se former quand :


-        En période d’essaimage, quand la ruche est prête à essaimer, beaucoup d’abeilles ne se
donnent plus la peine de rentrer dans la ruche.


-        Si la tàp est trop grosse, cela modifie trop l’aspect de la ruche et perturbe les
abeilles qui restent dehors.


-        Si le peigne à pollen est trop éloigné de la grappe, les abeilles ne sentent plus la
grappe et ne sont pas motivées à passer le peigne, c’est pour cela que j’ai supprimé la planche d’envol.


-        S’il n’y a pas une ligne direct (et courte) entre la grappe et le peigne.


-        En cas d’intox ou lors de l’élimination des mâles, si le trou à bourdon se bouche, les
cadavres s’accumulent derrière le peigne et empêchent toute entrée ou sortie. On voit alors les abeilles courir sur la ruche à la recherche d’un trou.


-        Certaines ruches refusent systématiquement la tàp, surtout avec de la race local.


-        Si la ruche à essaimer, la reine vierge est sortie par le trou à bourdon faire son vol
de fécondation et ne l’a pas retrouvé… elle se met alors sous le plateau où les abeilles l’a suivent.


 


Bref les causses sont multiples à vous de voir et de faire des essais…


 


Pour le trou à bourdon, il faut le placer le plus près possible du peigne, de 10mm de diamètre et le plus court possible (maxi 2.5cm) pour éviter qu’il ne se bouche, ainsi pas de de soucis pour
les bourdons.


Par contre, les reines, la vieille qui essaime ou la vierge, pas de souci pour sortir par ce trou mais malheureusement elle ne retrouve presque jamais l’entrée… donc dès qu’une ruche à
essaimer : retirer la tàp.


A+


 


 



Qui sommes nous

Les Ruchers Du Perthois Gaec

31 rue du Canal

51 300 Vitry en Perthois

 

Champagne - France

 

Email:

Contact bas de page ou laisser un commentaire (voir en bas des articles)

Recherche

Abréviations

TàP = Trappe à Pollen

Nr    = Nourrisseur

GàR = Grille à Reine

GàP = Grille à Propolis

EA  = Essain Artificiel

CR = Cellule Royale

C3J = cellule royale de 3 jours

RV = reine vierge

CdCfa = cadre de couvain fermé avec ses abeilles dessus

LE = loque européenne

LA = loque américaine

 

 

 

 

 

 

Articles Récents

Catégories